Je suis du genre à aimer être préparé. Lorsque M. et moi partons en vacances, j'agis comme guide de voyage car j'ai mémorisé à l'avance l'itinéraire et tous les sites touristiques. Rien ne manque dans nos valises car j'ai fait des recherches approfondies sur ce dont nous pourrions tous avoir besoin à destination. Je recherche tout via Internet. Donc, pendant ma grossesse, je fais exactement la même chose. Je fais une courte liste de ce que je dois arranger. Une liste sur papier, bien sûr, pour que vous puissiez rayer lorsque quelque chose est fait. La suppression dans une liste numérique ne donne pas la même satisfaction, mais cela mis à part. Cela a commencé par des choses pratiques telles que l'achat d'articles pour bébé (chèque), la demande de soins de maternité (chèque), la reconnaissance d'un enfant à naître (terme terrible, chèque) et la sélection d'une annonce de naissance (toujours une tâche, maintenant avec une priorité plus élevée). Plus je lis sur Internet, plus ma liste s'allonge. Je n'avais vraiment pas pensé à certaines choses ni mis la tête dans le sable. Donc abandonner le cours d'allaitement (check), abandonner le cours de grossesse (check) et organiser la garde des enfants (c'est encore une tâche et un cas d'autruche. Je n'ai toujours pas pensé à qui s'occupera de nos petits fesses pendant mes jours de travail).
Et il y a donc un certain nombre de points sur ma liste. Entre-temps, je suis également devenue une encyclopédie ambulante de la grossesse, qui sait exactement ce qui se passe à quel stade de la grossesse. Et j'aime déranger M. avec de tels faits. «Cher, saviez-vous que nous sommes maintenant dans le troisième trimestre et que le bébé mesure déjà environ 35 cm de long et pèse déjà 900 grammes et que si le bébé est né maintenant, le taux de survie est déjà de 81%?» J'ai l'impression que ça passe dans une oreille et sort dans l'autre. Tant qu'il sait que le bébé et moi allons bien, alors il va bien. Il sait qu'il peut me laisser le soin de m'en occuper.

fr_FR